L’Edito

Août 2011 

A la mémoire de Jep Delpont

 

Il y a quelques semaines, s’éteignait Jep Delpont, à l’âge de 83 ans. Il était né le 9 mai 1928, à huit heures, me succédant exactement d’un jour.

Son père était le prote de notre imprimerie familiale qu’il honora de sa fidélité pendant quarante ans.

Nous nous connaissions donc Jep et moi, depuis notre jeune âge, et ensemble nous avons découvert les premières sensations de l’aviation. Ensemble, nous avons passé nos brevets de pilote de planeurs et de pilote d’avion moteur civil, c’était en 1950.

En 1951, ensemble nous avons créé les Ailes Septimaniennes, au cours d’une réunion qui rassembla sept à huit personnes au café « la Taverne » Bd Dr Ferroul, réunion qui fit office d’ Assemblée Générale constitutive de l’Association.

 

Les Ailes Septimaniennes se portent parait-il bien aujourd’hui, mais peu de personnes savent qu’elles furent créées un soir du 12 août 1951 par Jep et moi-même.

Jacqueline Auriol que j’avais personnellement contactée n’accepta pas de devenir la marraine de l’Association, invoquant de trop grandes responsabilités personnelles.

Jep a joué un rôle important dans le cadre de l’aviation sociale, puisqu’il fut pendant de nombreuses années, Moniteur d’avion pour handicapés à Bédarieux.

Il a accompli ce métier avec une rare passion, et un dévouement exemplaire.

Je ne pense pas que l’on se soit souvenu de cet engagement dans les milieux sportifs narbonnais et pourtant croyez-moi, il fut exceptionnel.

 

Je le rappelle aujourd’hui, pour sa mémoire.

 

Mai 2011

Il y a cent ans…

Il y a cent ans , nos aïeux pouvaient-ils s’imaginer qu’un faisceau d’ondes porteuses d’images traverserait l’espace  et qu’un jour on capterait sur un écran de télévision des images émises en studio.

C’est le phénomène auquel nous assistons aujourd’hui, ces faisceaux traversent notre espace vital, traversent notre corps, sans que cela nous dérange apparemment, puisqu’on nous dit qu’ils ne sont pas nocifs. D’ailleurs nous en préoccupons nous ?

L’essentiel pour nous étant, dans la vie moderne qui est la notre, de pouvoir regarder la télévision.

La science est devenue magicienne, car en bien de domaine, elle a réussi à découvrir ce qui existait caché. Ce qui était inexplicable, grâce à elle, s’explique et les connaissances les plus subtiles de l’homme ne lui échappent pas.

Rien n’échappe et n’échappera à la science , il lui faut simplement le temps de mettre en place des principes et des mécaniques de la création pour s’exprimer par l’intermédiaire de l’outil merveilleux qu’est le cerveau humain.

Le sublime n’échappera pas à cette règle, la « sublimatique » naîtra et se développera. Elle ouvrira le moment venu des horizons nouveaux et immenses, mais Dieu n’est pas pressé de tout nous dévoiler.

Ce long processus de la « connaissance » dépend tout d’abord de nous, puis du temps et de l’espace et de tout ce qui se trouve entre nous et le temps et l’espace ainsi que de ce qui est au-delà de l’espace et du temps . C’est toute la « dimension » de la « connaissance » réservée jusqu’à preuve du contraire aux seuls cerveaux humains.

Quelle merveille !

 

Avril 2011 

Le pic insolite de Bugarach

Le site de Bugarach sappelait de 1298 à 1500, Bigarach et Malet, daprès le Dictionnaire toponymique de lAbbé Sabarthez, qui fait autorité en la matière.
Mon nom patronymique étant associé à ce lieu (qui fait couler tant dencre aujourdhui), je me suis pris au jeu de ‘’linvestigation’’ pour me faire une idée de ce pic insolite, que lon a toujours présenté dans les médias tantôt comme sacré, tantôt comme diabolique.
Bugarach est un petit village des hautes Corbières, qui semble avoir été bâti antérieurement à lan 800, puisque lAbbé Sabarthez le répertorie en 837 sous le nom de Bugarioro.
Il se trouve au pied d
une montagne qui porte son nom et dont le pic culmine à 1231 mètres.
Vers 1960 un scientifique Suisse vint sur le site et fit de nombreuses fouilles dont l
objectif était de trouver un tunnel dentrée pour accéder à une profonde faille, doù émanaient des vibrations suspectes qui donnèrent lieu à des interprétations sûrement louables sur le plan ésotérique, mais relayées par la suite par les médias avec des récits plus ou moins farfelus concernant la soi-disant fin du monde, qui aurait lieu, en se basant sur le calendrier Maya, le 12 ou le 21 décembre de lan 2012. Le site de Bugarach serait le seul lieu au monde qui résisterait au cataclysme général.
J’ai déjà dit, sur ce blog,  ce que je pensais de la date du 12 décembre 2012, qui ne peut être que douteuse, de même que l
interprétation des cycles Mayas, dont le calendrier à vrai dire nous échappe un peu à cause de sa complexité et de la difficulté à le traduire en date correspondant à notre époque.
Mais le tsunami médiatique, nourri par dinterminables textes de chapelles différentes na fait que samplifier, au point quil envahit aujourdhui de nombreux esprits, croyant dur comme fer que la fin du monde arrivera le 12 décembre 2012 et que se trouver à ce moment-là sur la montagne de Bugarach permettra d
y échapper.
Certes, le village de Bugarach et ses commerces, notamment de l
immobilier, profitent de cette publicité gratuite. Il connaît aujourd
hui un élan de tourisme exceptionnel, tourisme ésotérique plus particulièrement. Mais Monsieur le Maire de ce sympathique village, ne manque pas de dénoncer le risque important que ce lieu peut subir, le 12 décembre 2012, si tous les farfelus de la terre se donnent rendez-vous sur le site de Bugarrach pour échapper à la fin du monde.
A tout cela, s
ajoute la mode de lUfomania, avec les OVNI au dessus du pech et des révélations sur lexistence dêtres extraterrestres au sein de la montagne, sans oublier lArche dAlliance qui y serait cachée.

Que se passe-t-il à Bugarach ?
C’est un lieu qui ne manque de poser des questions à de nombreuses personnes et dont les médias se sont emparés.
C
est certain, cest un endroit où des vibrations électromagnétiques e grande intensité se manifestent surtout en haut de la montagne, à tel point que le survol de ces lieux a été interdit à la navigation aérienne, en raison de linfluence de ce magnétisme, sur les instruments de bord des avions. On a eu à déplorer, dailleurs, des ’’crachs ‘’, au cours des cinquante dernières années.Cependant, lintensité magnétique nest pas lexclusivité de cette montagne, elle sétend aussi à des sites voisins, laissant supposer que ses causes sont étendues à tout un secteur, impliquant particulièrement, le Pic de Bugarach, le mont Thauze, le pech Cardou et le mont Alaric, qui sont réputés tous comme ayant été ou étant des hauts lieux vibratoires. En ce qui concerne le Mont Alaric, je men suis expliqué dans mon livre   ‘’ Lénigme wisigothe de la Montagne dAlaric ’’ , Graphisud – 2003 . , je vais tenter danalyser, dans les lignes qui vont suivre, ce que je ressens en ce qui concerne les autres monts.

Ce qui peut sexpliquer.
Comment expliquer ces phénomènes vibratoires ?
La science sen charge: excès de matières ferreuses dans le sous sol avec une grande variété de traces de métaux, manganèse, cuivre, or, cobalt, uranium etc., composants, issus de la formation exceptionnelle de la montagne, quon appelle aussi «  la montagne renversée » tant ce phénomène géologique est surprenant. Tous les minerais, en effet, envoient à la surface du globe terrestre des radiations sous forme de « plans » qui sont des véritables terrasses dénergie. Plus le volume du métal est important, plus les « plans » sont serrées. Ces plans se manifestent en fonction de la longueur donde du métal, suivant des directions bien précises. La présence dune rivière souterraine, d’une énorme faille sous un dôme bien prononcé, sont autant déléments géologiques pouvant perturber les lieux et expliquer certains effets électromagnétiques connus, équilibre perturbé, état danxiété, dérèglement dappareils électriques, maux de tête, parfois même évanouissements. Il faut noter cependant que ces phénomènes ne sont ressentis quau moment dintenses vibrations. De nombreux touristes attesteront que leur visite des lieux a été agréable, quils nont rien ressenti, sauf un sentiment étrange en haut du pech, qui peut-être dû à leffet de laltitude, à un état psychologique ou tout simplement à la crainte d
une ambiance vibratoire.
Un témoin, ancien habitant de la région, a fait une comparaison intéressante entre le Pech de Bugarach et celui de Thauze, donnant à lun la symbolique du Yang et à lautre celle du Ying, symbolique chinoise qui correspond successivement à lénergie électrique et à lénergie tellurique. En fait ces deux pechs, de polarités différentes, seraient à lorigine du super électromagnétisme constaté sur les lieux, tout comme un énorme aimant créerait un champ magnétique d
une puissance exceptionnelle.
A ce phénomène déjà inaccoutumé, viennent sajouter des manifestations bizarres qui nous interpellent, mais dont la réalité nous parait être douteuse, cest le cas des récits de Jean dArgoun, qui nest autre que Philippe Julien, fils de Madame Lucienne Julien, laquelle apporta son témoignage dans la ténébreuse affaire de prospection de Daniel Bettex, savant Suisse, au sommet de Bugarach. Cest le cas également dautres auteurs ou témoins de manifestations mystérieuses qui nous placent dans un doute certain.

Ce qui ne s’explique pas.
Toutes ces manifestations ne s
expliquent pas.
Doit-on considérer, en conséquence, quelles sont le fruit dimaginations fécondes ? Certainement oui, mais nous ferons tout de même, pour certaines, quelques curieuses réserves à la fin de cette rubrique.
Nous allons reprendre les plus flagrantes de ces manifestations les unes après les autres.

Les ovnis
Un certain ufologue prétend que le site de Bugarach abriterait un grand lac souterrain servant de refuge à une base dovni. Il signale que des lueurs étranges survolent le sommet de la montagne, et en déduit que ces phénomènes seraient la preuve dune grande activité extra terrestre.Je ne pense pas quil faille une grande lucidité pour classer ce texte dans le domaine de la science fiction.
Sil y avait un grand lac dans les entrailles de la montagne, il aurait été détecté au cours des nombreuses études géologiques réalisées sur le site. Quant aux lueurs étranges aperçues au sommet de la montagne, elles ont peut-être existé, mais leur nature est bien différente de celle dun phénomène extra terrestre, elles seraient plutôt du ressort dun phénomène atmosphérique, ou de combustion de matières organiques en suspension ou dun phénomène de phosphorescence. Ces manifestations lumineuses au sommet ou du côté Nord, sont souvent mentionnées dans les témoignages de touristes ou de gens du village. Elles ne sont jamais décrites d
une façon précise, et les quelques rares photos prétendues prises sur les lieux, sont douteuses. Rien de comparable avec les photos prises sur le plateau de Vence qui nous interpellent autrement.

Comment ne pas douter de tous ces témoignages concernant Bugarach, alors qu
aucun phénomène OVNI na été déclaré et na fait lobjet daucun rapport circonstancié par les gendarmeries du coin.  Il y a bien le témoignage concernant larrêt des moteurs de voiture, mais là aussi , cest aller très vite dimputer ce phénomène à une quelconque cause inconnue, alors qu’il peut s’agir tout simplement d’une cause magnétique.

Les grondements de la montagne
Il a été rapporté par des témoins avoir entendu sortir des roches du pech de Bugarach des bruits parfois assourdissants, après quils aient vu des OVNI entrer dans la montagne par son sommet. Encore une fois délire certain, car en admettant même qu’une manifestation de ce genre puisse se produire, on aurait découvert sur cette montagne des orifices importants permettant le passage des engins extra terrestres dont certains, dit-on, dépassent les trente mètres de diamètre.
Ne serait-il pas plus sage, d
imputer ces bruits à quelques effondrements souterrains. Le site est plein de grottes, de failles, de canaux, de cavités, on peut bien imaginer que des parois se déstabilisent, que des voûtes se fendent, seffondrent, explosent même sous la pression de gaz prisonniers des roches. Le son séchappe alors de la montagne par les réseaux qui la relient à lextérieur, communiquant entre eux par de minuscules veines, imbriquées dans les roches, suivant des tracés très complexes. Cest aussi par ces canaux que séchappent des condensations plus ou moins grandes, jusquà former des masses importantes sous forme de nuages sélevant au sommet du pech, puis glissant, parce que plus lourdes que lair, sur ses flans, pour se dissiper sous leffet de la variation de la température.

On a toujours dit que la montagne de Bugarach était une phénomène géologique et quelle était creuse sous une voûte interne arrondie. Sous la bulle se situent toutes sortes de métaux dont des traces importantes duranium dont les vibrations sont mesurables de lextérieur. A ce sujet, on a même dit que les soucoupes volantes venaient se recharger en carburant ou plutôt en énergie uranienne sur le pech. Curieusement les phénomènes des ovni et des créatures extra terrestres sont souvent associés aux lieux uranifères, anciennes mines, ou couches inexploitables, usine de traitement du métal. On rapporte que les dossiers officiels où sont consignés les faits spéciaux, font état d’une rencontre en 1987 à Narbonne avec six humanoïdes, près de lusine du traitement d
uranium de Malvezi.

On peut admettre que sous la couche minérale de Bugarach, se trouvent des poches masmatiques entretenant un température élevée du milieu, provoquant des combustions s

élevant vers le sommet situé à 1231 mètres, qui rencontrant de lair froid, créent ainsi des condensations importantes.
On a remarqué que ces condensations étaient moindres depuis environ une dizaine dannées, ceci en raison d éruptions solaires moins fréquentes, elles reprendront leur cycle normal en 2012 et pourraient être à l
origine de quelques manifestations géologiques.
Leffet solaire est important pour notre montagne côté Sud, il imprègne son relief dune aridité surprenante et ’’ casse ‘’ les roches. Il donne au pech un aspect hostile. On y voit peu doiseaux mais beaucoup de lézards, cest vrai quils aiment la chaleur du ciel et de la terre.

De lésotérisme au mystérieux
Des auteurs qui pourraient paraître aux yeux de certains comme étant des initiés, ont rapporté des hypothèses diverses intriguant les esprits en quête de merveilleux.
La présence du Saint Graal à Bugarach est lune dentre elles. Nous sommes là en plein domaine de la gnose, aussi en attendant que dautres révélations à ce sujet, dans dautres lieux et sous dautres latitudes, fassent couler encore beaucoup dencre et rapportent beaucoup dargent à ceux qui en seront les auteurs, dénonçons lextravagance de lhypothèse dun Sanctuaire à Bugarach.
De même pour ce qui est de lhypothèse de la présence dans les entrailles de Bugarach, de lArche dAlliance et du trésor de Wisigoths. Chacun sait que l
Arche dAlliance était le joyau du trésor du temple de Salomon, trésor qui fut, comme en atteste lHistoire, ravi en 70 par les romains. En effet Titus, pilla Jérusalem et emporta à Rome le fameux trésor. Un monument en pierre, existant encore au Musée lapidaire de Rome, montre les soldats romains transportant lArche dAlliance. Ces vestiges commémoratifs du passé romain ne peuvent pas mentir.
Le trésor du roi Salomon fut lorgueil de Rome pendant des siècles, jusquau jour où les troupes dAlaric 1er , roi des Wisigoths, pillèrent complètement Rome pendant quatre jours et semparèrent du fameux trésor, c
était en 410.
Le sacrilège sur lArche dAlliance fut sanctionné par la malédiction, Alaric 1er décéda quelques temps après le sac de Rome, en Calabre. Le trésor le plus important de lhistoire des hommes, entre les mains de son successeur Ataulphe, allait devenir un trésor ambulant, depuis la Calabre jusquaux portes de Narbonne où il séjourna deux ans. Dans mon livre ‘’ Lénigme wisigothe de la montagne dAlaric – Graphisud – 2003 ’’ , jévoque lhistoire de ce fabuleux trésor qui termina son parcours dans une cache secrète de la montagne dAlaric, après avoir marqué de sa malédiction le peuple wisigoth et ses chefs.
Ce trésor na jamais été trouvé, bien que jalousement recherché par les Templiers, les Ordres de Calatrava, les sociétés secrètes allemandes et sionistes. surtout du côté de Rennes-le-Château, soudain mise en vedette par la fumeuse histoire des abbés Boudet et Saunières.Rennes et Bugarach sont des villages voisins, le premier fut effectivement une cité wisigothe dans le temps qui s
appelait Rhaede, donc riche en sépultures wisigothes auxquelles sattachaient les trésors des défunts, cétait une coutume. Certains dentre eux étaient importants, ils ont du faire la fortune de labbé Saunières, indépendamment, du mythe politico-religieux qui fit de lui une vedette du XIXème Siècle. Le second est marqué par son énigme géologique, notamment par sa forte concentration de minerais, surtout dor, (aujourdhui épuisées) dont les premières galeries furent exploitées par les romains, puis par les wisigoths de Rhaede. Les noms de ces deux villages sont aussi associés dans lhistoire de Sainte Marie-Madeleine et du Christ, ne dit-on pas quil reposerait sous le pech de Bugarach.
Les Cathares ont aussi leur place dans cet essaim de révélations, mais sont-ils arrivés jusqu
à Bugarach, rien nest moins sûr. Il faut reconnaître que le site du Pech
culminant à 1231 mètres est un observatoire de qualité et quil domine une grande partie des châteaux Cathares des Corbières, position favorable pour échanger des signaux de reconnaissance codés, la nuit.
Cette masse de suppositions, dhypothèses, de révélations gratuites galvanise les curiosités les plus sensibles et favorise tout ce qui peut à la longue constituer une légende. Le temps, la sublimation des idées, peut la faire évoluer vers une certitude, cest là la danger que représentent ceux qui participent à sa diffusion et nombreux sont ceux qui se font prendre à leur piège.

Et maintenant mes réserves
Jai toujours été intrigué par les nombreux récits des personnes qui ont déclaré aux autorités avoir été témoins dune vision dOVNI, que ce soit à létranger ou en France, notamment sur le plateau dAlbion ou au col de Vence, dans les Alpes Maritimes. Les témoignages de certains pilotes davion sont assez précis pour que lon prenne au sérieux ces manifestations insolites.

Le mot OVNI est la contraction du terme « Objet Volant Non Identifié », il ne désigne pas obligatoirement, un quelconque vaisseau venu d
une autre planète et peut aussi bien être la manifestation dun déplacement lumineux que lon pourrait associer à un objet, sans en avoir la certitude. Cela peut aussi signifier un objet, cest sûr, mais il paraît difficile de concevoir cette identification si on ne peut donner un minimum de renseignements sur lui. Dès que lon peut lidentifier, lobjet devient, par exemple, soucoupe volanteDe toute évidence ces MI ( Manifestations Insolites) existent et les témoins sont trop nombreux pour penser quil puisse sagir dhallucinations.
Ces MI sont célestes, et lumineuses, avec des formes différentes, pouvant s
expliquer par des ondes de forme, dune part et terrestres, dautre part, lorsquil sagit de soucoupes volantes ou de créatures humanoïdes, qu’on ne peut expliquer sauf par des hypothèses osées . Les traces laissées dans les champs ou les terrains du lieu de leur atterrissage, sont formelles et celles que nos voisins anglais appellent les ’’crops circles ont été répertoriées et photographiées dans les environs du village dAltonbarnes, près dAverbury. Cela laisse rêveur et interpelle, en tout cas, ces preuves me laissent personnellement penser quun mouvement circulatoire galactique, dont toutes les données nous échappent ou nous sont cachées, existe depuis bien longtemps. Dommage que les Bugarach-Malet naient laissé aucun témoignage de ce qui se passait entre 1298 et 1500, sur cette terre des Corbières que lon charge aujourdhui dun passé délirant et dun proche avenir hallucinant.

Mars 2011

La légende des  sept chevaliers d’argent de Narbonne…

Lhistoire des statues équestres est abondante de par le monde, mais celle que nous rapporte Conde dans ’’ lhistoire de la domination arabe en Espagne.- 1825 t.1 p.54 ’’ concernant los « siete idolos de plata à caballo », les sept idoles dargent à cheval’’ que nous traduisons par les sept chevaliers dargent, enlevés par les arabes dans une église narbonnaise en 719, est curieuse et nous intéresse beaucoup, car elle fait encore de nos jours polémique entre Narbonnais et Carcassonnais.
L
histoire, ou, peut-être, la légende de lévénement, prend sa source dans un conte de NovaÏri, auteur arabe. .
Un seul auteur à notre connaissance, situe lévénement à Carcassonne, il sagit de E. Gibbon dans’ ’lhistoire de la décadence et de la chute de lEmpire romain ch.51 – 1828. » Il attribue la trouvaille, de ces sept statues équestres en argent, à Musa, puissant chef guerrier sarrazin, ce qui ne correspond pas à la réalité, car Musa ben Nossays, à cette époque là , était âgé de quatre-vingt ans. Dailleurs les manuscrits de Tolède ne font pas mention de son passage des Pyrénées.
Nous somme en 719, exactement, d
après les Bénédictins, le 19 Octobre 719, El Haur lance ses troupes à lassaut de Narbonne, mais ne réussit pas à s
en emparer, car grande est la résistance de ses habitants romains et wisigoths réunis. El Haur devra faire le siège de la ville, qui durera vingt-huit jours.
Narbonne prise, il se dirigea vers Carcassonne, mais là s
arrêta son raid dévastateur. Privé de moyens il regagna lEspagne laissant ladministration des terres conquises au Vali El Sahla.( Histoire de Narbonne P. Carbonel ) – ( Histoire générale de France A.Hugo ,, t. 2 an 481 à 987 – Paris1837).

De cet épisode de la conquête sarrazine,  l
auteur arabe Novaïri, à laissé un conte dans lequel il raconte que sept statues équestres en argent furent dérobées par les envahisseurs dans une église de Narbonne, et furent transportées en Espagne, pour décorer les palais orientaux.
J. Conde, cité plus haut, et M. Reinaud (Invasion des Sarrazins en France et de France en Savoie et en Piemont et dans la Suisse pendant les 8e, 9e, et 10e siècles de notre ère, d
après les auteurs Chrétiens et Mahométans. Librairie Orientale – Paris – 1836),  en font état..
La présence de statues équestres en argent dans une église narbonnaise ne parait pas surprendre lorsqu
on sait combien Narbonne contenait de richesses de toutes sortes et particulièrement les églises narbonnaises qui recevaient des dons et des dépôts de riches marchands, voire même de trafiquants, composés de trésors les plus divers rapatriés d
Espagne à la hâte, le plus souvent issus de rapines ou de vols, tant personnels que collectifs.
L
histoire de la statue équestre commence dans la Rome antique qui a souvent commémoré les Empereurs et les militaires par des statues en bronze, elles étaient nombreuses mais toutes n
ont pas survécues, beaucoup furent fondues pour les monnaies.
Par contre, au début de l
ère chrétienne, on vit naître à Rome une mode de statuettes, également équestres, sculptées pour les églises chrétiennes. Il se pourrait donc que quelque riche commerçant Romain ou Bizantin ait rapproché une série de ces statues vers Narbonne, mais cette hypothèse est bien fragile.
L
hypothèse de limaginaire nous parait être la plus rationnelle car Novaïri a donné de la consistance à son conte en utilisant la symbolique du chiffre sept pour noyer lanecdote dans un océan de poésie, désotérisme et de merveilleux.

La légende des Sept chevaliers dargent de Narbonne était née.

Au sujet du 12 Août 2012

Vous avez dû recevoir, comme moi, dans votre boîte aux lettres, un imprimé concernant la fatidique date du 12 août 2012, qui serait, d’après son auteur, interprétant la tradition des Mayas, celle de la fin du Monde. Rien que ça !  
De quoi s’agit-il exactement .
La tradition des Mayas, nous livre, en effet, une date précise, le 12 août 3113 avant notre ère, qu’il faut considérer comme étant celle du début de leur calendrier et de leur ère.
Cette étonnante précision n’a pas manqué de poser une énigme aux spécialistes de la doctrine Maya.
Raphaël Girard, dans son « Popol Vuh », sorte de bible des Mayas, Vuh (le livre), Popol ( du peuple),, (Histoire culturelle des Mayas-Quichés chez Payot), précise: « que le principe fondamental de la doctrine Maya-Quichés, part d’une idée d’une régénération périodique du temps par la répétition symbolique de la cosmogénèse et de la mythologie ».
Ceci nous rapproche de l’idée que les dates ont un atavisme répétitif n’étant pas dû à un simple hasard, et que déjà la terre a connu de nombreux cataclysmes qui ne l’ont jamais mise en péril définitif.
La date du 12 août 3113 av-J.C. nous reporte 5126 années en arrière et si nous prenons comme certitude que le déluge a bien eu lieu en 3705 avant notre ère, on s’aperçoit que le calendrier Maya débute 592 ans après et ouvre la chronologie des cycles des temps.
Or, pour les Mayas-Quichés, tout cycle se termine toujours par une rénovation purificatrice qui revêt un aspect catastrophique et terrifiant et le 12 août 2012 représente bien la fin d’un cycle Maya.
Voilà sur quoi est basée la réaction humaine concernant cette date.
Mais comme nous l’écrivions plus haut, les dates ayant un atavisme répétitif, les divers cycles Mayas passés, n’ont pas apporté la fin du monde.
Ainsi donc, comment ne pas rapprocher toutes les prédictions annonçant cette catastrophe..
La tradition juive fixe la création du monde en 3761 av.J.C. et donne à ce monde une durée de six mille ans.  Son terme serait l’an 2239.
L’année 1993 devait être la fin du cycle du Kali-Yuga.
Le cycle du Vishnu Pûrana donnait sa fin pour 1992.
Dans son livre « Bêtes, hommes et dieux, » M.. Ossendowski fait état d’une prédiction formulée en 1890 par le « Roi du Monde » selon laquelle le monde actuel verrait sa fin en 2030.
En essayant de faire parler les obscurs présages de Tristhème, des chercheurs ont trouvé le chiffre de 2007.
 

Conclusion.
Chaque tradition culturelle a ses dates-butoir, mais le monde vit et vivra toujours.
Les mathématiques du temps ont souvent des dérapages, et force est de constater que leur subdivisions jouent souvent hors et dans les limites d’une vie humaine.
C’est la vrai loi de l’évolution et de l’involution des mondes, ponctuée par les interférences géo-politico-socio-économiques des grands cycles et la date du 12 août 2012, à plus ou moins 122 jours, y obéira, sans que la terre disparaisse.
Ce qui est sûr, c’est que le Monde terrestre, aujourd’hui martyrisé, déboussolé par l’homme, subira son destin originel lié à la Création

 

* *

 

 

 

 

Laisser un commentaire




zapara |
verdino |
lesacredesfins |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Confessions D'une Femm...
| Duo de mémoire
| DELIVRANCE